Devrais-je rester à la maison... ou retourner travailler ?

test.jpg
Par: Morgan Annandale

Quand j'étais à peu près à la moitié de mon congé maternité de six semaines avec mon fils Luke, je me posais quasi quotidiennement cette question ainsi qu'à mon mari, ma famille et mes amis : Devrais-je rester à la maison... ou devrais-je retourner travailler ?

Je ressentais que j'apprenais tout juste à prendre soin de mon bébé et avais encore tant à apprendre. Cela me paraissait vraiment impossible de retourner au travail dans seulement trois petites semaines.

Pendant toute ma grossesse j'annonçait a tout le monde, " c’est sur que je ne resterait jamais à la maison." Je disais à mes amis combien j’avais besoin de travailler !  Non seulement pour l'argent, mais aussi pour ma santé mentale ! et que je ne pouvais juste pas m'imaginer rester à la maison seule avec un bébé toute la journée. Et soudain, tout a changé. Alors que je tenais mon petit garçon dans les bras j’ai eu cette pensée qu’il me serait impossible de passer toute la journée sans mon petit mec en le laissant à quelqu'un d'autre.

Budget, quel budget ? 
Ainsi, mon mari et moi nous sommes assis un jour et avons eu la discussion tant redoutée des prévisions budgétaires; Pouvons-nous vivre confortablement avec un seul salaire ? Personnellement, je n'ai jamais été bonne pour les finances ; j'aime Amazon Prime et Starbucks beaucoup trop pour économiser efficacement ! Mon mari, quant à lui, est un maître dans les finances ! et oui les opposés s’attirent !!! donc vous pouvez imaginer combien cette conversation m'a fait me sentir assez mal à l'aise. Mon mari était d’ailleurs étonné que ce soit moi qui soulève la discussion. Il était persuadé que j'allais retourner au travaille et que nous allions choisir une bonne crèche quand mon congé maternité prendrait fin. Heureusement, mon mari savait quand il m'a épousé que j'étais très indécise, donc il est resté ouvert à cette nouvelle idée.

Une fois que nous avons pesé le pour et le contre, et que nous avons étudié les finances, nous avons découvert que nous pourrions vivre confortablement avec un seul revenu (tant que j'étais prête à réduire mes sorties hebdomadaires à Starbucks, bien sûr). Maintenant que je savais que nous pourrions vraiment faire ceci et que mon mari était d’accord avec le projet, j’éprouvais encore plus de difficultés à savoir ce que j’allais faire. Comment allais-je finalement prendre ma décision?

C’est là où je me suis tournée vers Google pour lire des centaines de blogs, ESPÉRANT qu’ils me diraient quoi faire. Bien sûr, comme dans n'importe quelle grande décision personnelle, il y avait une tonne de conseil sur Internet, mais aucun ne pouvait répondre à cette question si personnelle. Cependant, j'ai vraiment trouvé quelques informations qui m'ont aidé à prendre ma décision finale.

Une idée rassurante me vint en tête à ce moment précis : si je ne voulais pas retourner au travail, c’est alors que ça ne devait pas être ma décision finale ! Si pour quelque raison que ce soit, je ne pouvais pas supporter de rester à la maison, je pourrais toujours retourner au travail et vice versa ! Une fois ceci bien ancré dans ma tête, j'ai commencé à me sentir un peu plus à l'aise avec cette situation !

La Décision … 
Après une bonne semaine , je me suis senti suffisamment confiante pour parler à mon patron de la décision que j’avais prise lorsque prendrait fin mon congé maternité. J'ai organisé une réunion de travail avec lui et lui ai soumis une offre écrite pour travailler à temps partiel sur des projets spécifiques et laisser d'autres projets à d'autres membres de l'équipe à plein temps. La proposition stipulait aussi qu'elle pourrait être réévaluée et que je pourrais reprendre un plein temps lorsque je serais prête. Mon patron a d’abord hésité, mais a finalement accepté. Je ne suis pas certaine que cette réunion se serait passée de la même manière si j'avais été informel sur cette demande et que je ne m'étais pas préparée pour cette réunion concernant mon avenir dans l'entreprise. Le processus plus formel a forcé mon patron à prendre en compte ma proposition. Nous avons pu négocier un planning qui a fonctionné pour les deux parties et j'ai continué à travailler à temps partiel avec beaucoup de plaisir. C'est bien sûr un challenge chaque jour, mais j'ai trouvé le bon équilibre travail/bébé qui est sans aucun doute la meilleure solution pour ma famille !

Je sais que toutes les mamans n’ont pas cette occasion dans leur carrière, mais je pense que ça vaut toujours le coup de demander. Si vous mettez une offre raisonnable devant votre patron, vous ne savez jamais comment il pourra réagir. Ça pourrait être quelque chose qui fonctionnerait parfaitement et vous deux pourriez être plus heureux au final ! J'ai fait un grand effort pour avoir un bon équilibre entre mon travail et ma vie personnelle afin de ne penser qu’au travail lorsque j’étais au bureau et vice versa lorsque j’étais à la maison. Mon équipe a compris dès le début que je ne répondrais pas aux emails ou aux appels téléphoniques dès lors où je quittais le bureau et encore mieux, ils l'ont respecté.

En fin de compte, il n'y a personne d’autre que vous même qui puisse prendre cette décision !

Que vous restiez à la maison, retourniez travailler à plein temps, changiez totalement de plan de carrière ou que vous travailliez à votre compte de la maison, quoi que vous fassiez qui vous rende et rende votre bébé heureux sera sans aucun doute le bon choix !

woman-hand-smartphone-desk.jpg

Une histoire mimijumi !!!

Une des choses les plus agréables dans le fait de travailler chez mimijumi est d’entendre des histoires de nos clients sur la façon dont nos biberons ont affecté leurs vies et bien sûr, la vie de leur bébé. Il n'y a rien que nous aimons d’avantage que d’avoir des nouvelles de nos clients et regarder des photos de leurs bébés dévorant leur mimijumi!

Une de nos cliente habitant en Nouvelle-Zélande nous a récemment contactés pour nous dire comment mimijumi a aidé son fils avec l'épilepsie. Après la lecture de son histoire nous savions que nous devions partager ce magnifique témoignage avec vous !!!

Z_D_large.jpg

Cher mimijumi,

Mon courageux fils Zach et moi avons été un véritable duo, allaitant pendant 2 ans et demi. Bien sûr, j'aurai pu l'avoir sevré beaucoup plus tôt, mais il a été un gros mangeur depuis le premier jour et il a juste été naturel de continuer à allaiter jusqu'à ce qu'il soit prêt à devenir plus indépendant!

Il y a six mois, l'inimaginable est arrivé. Zach a développé une épilepsie sévère et nous avons enchainés les hospitalisations et avons pris beaucoup de traitement médicamenteux depuis. Notre quotidien a beaucoup changé et le développement de notre petit garçon s’est détérioré depuis plus d’un an.

L'allaitement a été un outil puissant pour rassurer Zach pendant son rétablissement de toutes ses crises qu'il a dû supporter. Nous avons passés des journées entières au lit à se câliner, s’embrasser pendant l’allaitement entre chaque crise d’épilepsie.  

Qu’est-ce que tout ceci à à voir avec mimijumi ? Puisque les médicaments contre l'épilepsie ne fonctionnaient pas entièrement et suite à beaucoup d'effets secondaires, on nous a conseillé de commencer la thérapie diététique « ketogenic » dans le but était d’avoir un meilleur contrôle des crises et de remplacer progressivement les fortes doses de médicaments avec ce régime. J'ai été dévastée d’apprendre que l'allaitement n'était plus compatible avec les ratios stricts du régime ketogenic. J'ai eu besoin d'un produit qui simulerait l'allaitement autant que possible afin d’adoucir le processus de sevrage et de nous apporter du confort. 
Heureusement, mimijumi est venu à notre sauvetage !

Mon fils n'a jamais pris un autre biberon de sa vie ! Après un peu d'adaptation pour qu'il ferme ses lèvres sur le téton du biberon, il a vite retrouvé ses repères grace aux câlins dans une position d’allaitement. Zach a été sevré tellement plus en douceur que je ne l'aurait imaginé et je suis reconnaissante pour le rôle que le biberon mimijumi a joué dans cette expérience de transition. Mimijumi nous a permis de commencer bien plus serainment l'étape suivante dans son traitement contre l'épilepsie.

J'aime la simplicité et la prévenance de mimijumi. La texture du téton, ressemblant vraiment à celle de mon sein. Ça a été fantastique de pouvoir offrir à Zach un biberon qui a l'air aussi naturel! Il est aussi rassurant de savoir que les matières sont sans toxines nuisibles. 
J'aime aussi la facilité de nettoyage et les composants simples qui le constitue.

L’allaitement nous manque beaucoup à Zach et à moi mais en ce qui concerne son épilepsie nous sommes sur le bon chemin. Notre biberon mimijumi est ce qui se rapproche le plus de l’allaitement pour nous et est un autre outil pour rassurer Zach tandis qu’il continue de gravir des montagnes!

-Danielle-

 

N’hésitez pas à partager avec nous vos expériences de mimijumi. Vous pouvez nous contacter par mail : hello@mimijumi.fr pour partager vos histoires, obtenir des astuces, nous faire sourire avec vos photos de bébé adorables, ou fournir n'importe quel retour d'information qui nous permettra de nous améliorer !

Faire le choix de tirer son lait...uniquement

Faire le choix de tirer son lait...uniquement

Je m'appelle Laura Deznan, bien que plus connue avec le surnom @theexclusivepumpingmom. J'ai la chance d'avoir 2 filles merveilleuses, et chacune d'elles m'a emmené sur la route du tirage de lait. Bien que la plupart des gens pensent que tirer son lait est avant tout un choix, je sais clairement que pour beaucoup d'entre nous, ce n'était pas du tout le cas.